Ten Untimely Ideas

Here, freely translated from Guillaume Faye’s Pourquoi nous combattons (2001), are ten ideas I think relevant to this struggle.

*EUROPE is at war, but doesn’t know it…It is occupied and colonized by peoples from the South and economically, strategically, and culturally subjugated by America’s New World Order…It is the sick man of the world. [page 9]

*ARCHEOFUTURISM: The spirit which realizes that the future arises from a resurgence of ancestral values and that notions of modernity and traditionalism need to be dialectically overcome [59]…To confront the future, especially today, dictates a recourse to an archaic mentality that is premodern, inegalitarian, and non-humanistic, to a mentality that restores ancestral values and those of social order…The future thus is neither the negation of tradition nor of a people’s historical memory, but rather its metamorphosis and ultimately its growth and regeneration. [From Archéofuturisme 11, 72]

*IDENTITY: Characteristic of humanity is the diversity and singularity of its peoples and cultures. Every homogenization is synonymous with death and sclerosis…Ethnic identity and cultural identity form a block, but biological identity is primary, for without it culture and civilization are impossible to sustain…Identity is never frozen. It remains itself only in evolving, reconciling being and becoming. [146-48]

*BIOPOLITICS: A political project responsive to a people’s biological and demographic imperatives…Biopolitics is guided by the principle that a people’s biological quality is essential to its survival and well-being. [63-64]

*SELECTION: The collective process, based on competition, that minimizes or eliminates the weak and selects out the strong and capable. Selection entails both the natural evolution of a species and the historical development of a culture and civilization…Contemporary society prevents a just selection and instead imposes a savage, unjust one based on the law of the jungle. [212-13]

*INTERREGNUM: The period between the end of one civilization and the possible birth of another. We are currently living through an interregnum, a tragic historical moment when everything is in flames and when everything, like a Phoenix, might rise reborn from its ashes. [153]

*ETHNIC CIVIL WAR: Only the outbreak of such a war will resolve the problems created by the current colonization, Africanization, and Islamization of Europe…Only with their backs to the wall is a people spurred to come up with solutions that in other times would be unthinkable. [130]

*REVOLUTION: The violent reversal of a political situation that follows a profound crisis and is the work of an “active minority”…A true revolution is a metamorphosis, that is, a radical reversal of all values. The sole revolutionary of the modern era is Nietzsche…and not Marx, who sought simply another form of bourgeois society…We have long passed the point of no return, where it is possible to arrest the prevailing decay with moderate political reforms. [210-11]

*ARISTOCRACY: A true aristocracy embodies its people’s essence, which it serves with courage, disinterest, modesty, taste, simplicity, and stature…To recreate a new aristocracy is the eternal task of every rrevolutionary project…The creation of such an aristocracy is possible only through war, which is the most merciless of selective forces. [60-61]

*WILL TO POWER: The tendency of all life to perpetuate itself, to ensure its survival, and to enhance its domination, its superiority, and its creative capacities…The will to power accepts that life is struggle, an eternal struggle for supremacy, the endless struggle to improve and perfect oneself, the absolute refusal of nihilism, the opposite of contemporary relativism…It is the force of life and of history. It is not simply the organic imperative for domination, but for survival and continuity…A people or a civilization that abandons its will to power inevitably perishes. [227]

Interview with Guillaume Faye

We will begin by quoting you. In the review Études et recherches, fifteen years ago, you wrote that one can arrive at the point where “a world civilization desirous to stabilize history opposes its conservative will to the forces which it had itself released.” According to you, are we there? The Occident, longtime passive witness of the ethnic invasion, America longtime imprudent accomplice of the Islamists — do they still have the moral strength “to stop the course of history” when the clash of civilizations has passed from the stage of the “cold war” to that of the “hot war?”

Guillaume Faye: One epoch terminates, another commences. One cannot foresee what will occur: what we know is that we are at a crossroads, we live the end of an age of European civilization. Civilization which has known three great epochs: the ancient, the medieval, then the modern which commenced about the 1850s. Currently we live the end of this last epoch because Europe is invaded by the very ones it had conquered when it is in full demographic decline. On the moral, mental, psychological level, all the European values have reached their conclusion, diluted in humanism and total egalitarianism. The Hegelian “enough” thesis that I defend is that this situation is provoking a world catastrophe which can in the end regenerate us. One does not regenerate oneself cold: one can metamorphose oneself only hot. The central question that one can pose in a dialectical manner is to know if this ethnic, ecological, ethical, etc., catastrophe that European civilization caused by its own decline will be the occasion of a regeneration or a disappearance.

Currently we are colonized and this invasion is coupled with an incredible masochism on the part of Europeans themselves. Thus, only a terrifying crisis -­ that I wish, in this respect -­ can change collective mentalities, awake Europeans. In my new book, Avant-Guerre [Pre-War Years], I develop my thesis of “the Colonization of Europe,” while going beyond, by transcending the European context. Because for me, now that we have come right to the clash of civilizations, we go towards the third world war!

The shock of September 2001 seemed to awaken the capacity of analysis of certain media. Then, quite quickly, Bush specified that he did not make war on Islam, and the great media — Le Monde or Télérama in France, Repubblica in Italy — devoted all their energy to make Islam known to us, this religion of tolerance and culture, so near and so remote. Has censorship already returned?

Guillaume Faye: This awakening was a shuddering, a flapping of wings. When Bush and Blair say that they do not make war on Islam, it is risible. Maybe we do not make war on Islam, but Islam makes war on us! It is not you who designate the enemy, it is the enemy who designates you! They knew very well that they declared the war on Islam, which besides is designated in Arabic by the same word as “Islamism”: islamiya. There was thus a small awakening, but it is not very important. The war which Islam makes on us did not begin on September 11, 2001, but in the ’60s. What is positive, it’s that the Islamists went too far, too fast: it’s the Arab mentality which wants that. They passed too quickly from the time of peace to the time of war, whereas they were underway to invade consciences. If they had been less pressed, nobody would have seen anything. No doubt, so that the eyes really open, there will be necessary a giant attack: but I do not believe that this will take place immediately, it is not in their interest to realize too much of it in the immediate future.

It is possible that there be a period of calm. We are faced with a terrorism which does not depend on a true terrorist organization, but deploys itself according to the logic of a transnational war, in networks, and which goes beyond the sole capacities of a group like Al-Qaïda: Islam is a multinational, the war is not territorialized, nor reducible to the misdeeds of a single organization! The end of bin Laden will not solve anything at all because this last, simple sponsor of the jihad in spite of his posture of Prophet, had only made to applaud some acts that he undoubtedly had followed and financed, but certainly not organized directly himself!

Which strategy do you recommend for citizens who would like to prepare for the future conflicts? Some have said that you want to found your own political party.

Guillaume Faye: It’s idiotic! That would limit my audience. That goes completely against my current analysis, because I recommend a work in network. It is certainly necessary that there be parties to make agitprop. But the important thing is the network, on a European scale, without guru or bigwig! To found one more petty sect is completely counterproductive. My “party” is my secretariat and the many friends with whom I collaborate in all Europe. I do not want a label!

In the review Réfléchir et Agir, you recommended a “withdrawal” on associative action, following the example of that which the extreme-Left made. Could you develop this point?

Guillaume Faye: It is not a “withdrawal,” but a general-purpose strategy. One needs parties, publishers, associations, trade unions. It is necessary that there be in civil society a presence of our ideas. But all the forms of action are necessary: it does not do to want to make metapolitics against politics. All actions, political, cultural, should be connected by the same vision of the world. It is not a strategy of withdrawal, but of spreading out, comparable with that which the Trotskyists had — who are today at the head of the State and of the Catholic Church! -­ from the ’60s. The French national Right is undermined by the culture of defeat, petty bosses, gossip: the different groups of Muslims and Leftists can detest one other, but they have each and all the same enemies against whom they unite. Whereas for many people of our ideas, the enemy is at first his own political friend, for simple reasons of jealousy!

I am stunned to see that associative action has so little been used. There is no association which defends Europeans! Well, there is AGRIF, but they do few things, and they belong too openly to the National Front, which undermines their credibility: S.O.S Racism had known to camouflage near enough its connection to the Socialist Party!

At least, the Left moves: look at Act against Unemployment, ATTAC or Right to Housing, which represent 5,000 people in France! People in our circles are for order, but they are disorganized and inactive, whereas the Trotskyists, in spite of their ideology, are organized people. It is necessary to move! I am struck by the poverty of the associative activity in our camp. I repeat it, there is anti-European racism and no association really stirs itself to get it talked about!

What do you think of this pro-Islamist drift that one observes in the French national Right, a drift often aroused by an anti-Americanism fed on ill-digested antisemitism?

Guillaume Faye: This drift is recognized. They confound the enemy and the adversary: the adversary is that which weakens us, that is to say the United States, the enemy is that which invades us concretely: Islam and the Third World. The funniest thing is that it is I, among others, who, in the ’70s, convinced this circle that one did not have to be deeply pro-American. All the obsessional anti-Americans of today were then pro-Americans! Giorgio Locchi and I, notably with my book Le Système à tuer les peuples [The system that kills the peoples), made Alain de Benoist topple over into anti-Americanism, who was an Americanophile before; to realize it, it is enough to re-read the numbers from before 1975 of the review Nouvelle École! Some suffer from an obsessional antisemitism, coupled with a kind of Stockholm Syndrome which makes them love the true enemy. The Muslims will not hold any liking of them for it: the French “identitarians” who perhaps admired the actions attributed to bin Laden will have their throats cut like the others! Islam is a religion of force which leads certain nationalist militants to prostrate in front of the conquering religion with the fascination of a colonized people. But even if they convert, which is already the case for some, they are always, as Occidentals, only second-class Muslims. Pro-Islamism in the nationalist Right is frequent enough. Plus these people are “nazis” in the most primary sense of the word, anti-Americans in the most idiotic sense of the term, and plus they are pro-Muslims, without knowing either America or Islam besides. They are fascinated by the neo-romantic illusions which they have of Islam. In circles which claim to be radical, there is an infantile reaction: these people are perhaps extremists, but not radical, because the radicals are those who go to the root of things. It is easy to tag “US go home” or “Long live bin Laden” in the subway; they risk less than if they were going to write “Islam out” in the projects.

As a journalist, which judgment do you give to the sociology of the current media? Does the “politically correct” find its roots in the Third-Worldism of the ’50s and ’60s, in communist engagement, or rather in May ’68 and the years which followed?

Guillaume Faye: It is a sequence; but I believe that it is the post-’68 period which weighed the most. Those who hold the media are people 50 years old, of my generation, who grew up in a neo-Marxist atmosphere. But one needs to know that there reigns among journalists a true Stalinian single thought: Marxism has ceded in this respect its place to Third-Worldism, then to immigrationism. To succeed socially, it is necessary to have a position which goes in the direction of the anti-[White] racist, immigrationist and egalitarian software-ideology (as at the time of the USSR, where it was necessary to be pro-Soviet). Knowing that even people disapproving of it participate in this vulgar affair.

Everyone sees the truth in the street, everyone except the current elites, who play ostrich. Some great journalists, totally [in spite] of my ideas, signed the petitions for the “undocumented:” they explained to me that if they had refused, their career was screwed. It does not suffice not to speak of it: one must claim to be anti-[White] racist, as it was necessary to be Stalinophile in the ’50s. Charlie-Hebdo attacked Gérard Depardieu because he refused to sign! That did him no harm, because he is at the top. But a young actor would have seen his career cut short. One must know that many do not speak by conviction, but from fear: they want to be on the side of the whip hand. One must proclaim oneself anti-[white] racist, for immigration, etc. as in the XIXth century one must go to Mass every Sunday! That means Charlie-Hebdo, directed by “old schmucks,” is the classic example of the “Stalinian rag and informer,” a “media of thought-police and collaborators,” the “freezing point of journalism.” For Europeans to have a true awakening from the conformism and ethno-masochistic blindness of our self-styled “opinion leaders,” we have need of a terrible crisis, which alone can give us the energy to defend ourselves

L’économie n’est pas le destin

XIIIième Colloque fédéral du G.R.E.C.E.

Communication de Guillaume FAYE, Secrétaire Etudes et Recherches

“Les seules réalités qui comptent pour notre avenir sont d’ordre économique”, déclarait au cours d’un débat un ministre, qui est aussi, paraît-il, le meilleur économiste de France. “Je suis bien d’accord avec vous”, lui répliquait l’adversaire politique qui lui était opposé, mais vous êtes un piètre gestionnaire et nous sommes plus forts que vous en économie”.

Dialogue révélateur.
Comme Nietzsche, sachons débusquer les faux savants sous le vernis des “spécialistes”, osons déboulonner les idoles. Car la fausse science ‹la métaphysique aussi‹ de notre époque, et la première de ses idoles, c’est bien l’économie.
“Nous vivons dans des sociétés, note Louis Pauwels, pour lesquelles l’économie est tout le destin. Nous bornons nos intérêts à l’histoire immédiate, et nous bornons celle-ci aux faits économiques”. Notre civilisation, en effet, ‹qui n’est plus une “culture”‹ est fondée sur une conception du monde exclusivment économique. Les idéologies libérales, socialistes, ou marxistes, se rejoignent dans leur interprétation “éco-nomiste” de l’homme et de la société. Elles postulent toutes que l’idéal humain est l’abondance économique individuelle; bien qu’elles divergent sur les moyens de parvenir à cet état, elles admettent unanimement qu’un peuple n’est qu’une “société”, elles réduisent son destin à la poursuite exclusive de son bien-être économique, elles n’expliquent son histoire et n’élaborent sa politique que par l’économie.
Et c’est ce qu’au G.R.E.C.E. nous contestons. Nous rejetons cette réduction de l’humain à l’économique, cette unidimensionnalité de l’histoire. Pour nous, les peuples doivent d’abord assurer leur destin: c’est-à-dire leur durée historique et politique, et leur spécificité. L’histoire n’est pas déterminée; et surtout pas par des rapports et des mécanismes économiques. La volonté humaine fait l’histoire. Pas l’économie.
L’économie, pour nous, ne devrait être ni une contrainte, ni une théorie, mais une stratégie, indispensable, mais subordonnée au politique. Gérer les ressources d’une Communauté selon des critères d’abord politiques, telle est la place de l’économie.
Donc, entre les choix libéraux ou socialistes et nous, il n’y a pas d’entente concevable.
Anti-réductionnistes, nous ne croyons pas que le “bonheur” mérite d’être un idéal social exclusif. Avec les éthologues modernes, nous pensons que les Comunnautés humaines ne survivent physiquement que si elles sont porteuses d’un destin spirituel et culturel.
Nous pouvons même démontrer qu’à privilégier l’économie et la seule recherche du bien-être individuel, on aboutit à des systèmes tyranniques, à la déculturation des peuples, et à court terme, àŠ une mauvaise gestion économique. Car l’économie elle-même fonctionne mieux lorsqu’elle ne tient pas la première place, lorsqu’elle n’usurpe pas la fonction politique.
C’est pourquoi il y a une relève intellectuelle à prendre en économie, comme dans d’autres domaines. Une autre vision de l’économie, conforme aux défis contemporains, et non plus fondée sur des axiomes de bourgeois du XIXième siècle, ce sera peut-être L’ECONOMIE ORGANIQUE, objet de nos recherches actuelles.
La révolte ‹au sens que Julius Evola donne à ce terme‹ s’impose contre cette dictature de l’économie, issue d’une domination des idéaux bourgeois et d’une hypertrophie d’une fonction sociale. Pour nous Européens de l’ouest, c’est une révolte contre le libéralisme.
“Notre époque, écrivait déjà Nietzsche dans Aurore, qui parle beaucoup d’économie est bien gaspilleuse; elle gaspille l’esprit”. Et il était prophète: aujourd’hui, un Président de la République ose déclarer: “Le problème majeur de notre époque, c’est la consommation”. Le même, à ces “citoyens” réduits au rang de consommateurs, affirme qu’il souhaite la “naissance d’une immense classe moyenne, unifiée par le niveau de vie”. Le même toujours s’est félicité de la soumission de la culture à l’économie marchande: “La diffusion massive ‹ce mot lui est cher‹ de l’audiovisuel conduit la population à partager les mêmes biens culturels. Bons ou mauvais, c’est une autre affaire (sic) mais en tous cas pour la première fois les mêmes”.
Claire apologie de l’abaissement de la culture au trafic, par le chef de file des libéraux. Ainsi, le politique est-il ravalé au rang de la gestion, phénomène bien décrit par le politologue Carl Schmitt. La domination obsessionnelle des préoccupations économiques ne correspond pas, pourtant, à l’ancien psychisme des peuples européens. En effet, les trois fonctions sociales millénaires des Indo-Européens, fonctions de souveraineté politique et religieuse, de guerre, et en troisième lieu de fécondité et de production, supposaient une domination des valeurs des deux premières fonctions; faits mis en lumière par G. Dumézil et E. Benveniste. Or, non seulement la fonction de reproduction se trouve aujourd’hui dominée par une de ses sous-fonctions, l’économie, mais celle-ci à son tour est dominée par la sous-fonction “marchande”. De sorte que l’organisme social est, patholo-gi-quement, soumis aux valeurs que secrète la fonction marchande.
Selon les concepts du sociologue F. Tönnies, ce monde à l’envers perd son caractère “organique” et vivant et devient “société mécanique”. Il nous faut réinventer une “communauté organique”. Ainsi le libéralisme écono-mique et son corrolaire politique prennent-ils leur signification historique: cette idéologie a été l’alibi théorique d’une classe économique et sociale pour se “libérer” de toute tutelle de la fonction souveraine et politique, et imposer ses valeurs ‹ses intérêts matériels‹ en lieu et place de l'”intérêt général” de la Communauté toute entière.
Seule la fonction souveraine et ses valeurs propres peuvent assurer l’intérêt général. La seule révolution a été celle du libéralisme, qui a usurpé la souveraineté pour le compte de la fonction économique, en revendiquant d’abord l'”égalité” avec les autres valeurs, prétexte à les marginaliser par la suite.
Selon un processus voisin du marxisme, le libéralisme a construit un réductionnisme économique. Les hommes ne lui sont significatifs que comme intervenants abstraits sur un marché: clients, consommateurs, unités de main d’¦uvre; les spécificités culturelles, ethniques, politiques, constituent autant d’obstacles, d’”anomalies provisoires” en regard de l’Utopie à réaliser: le marché mondial, sans frontières, sans races, sans singularités; cette utopie est plus dangereuse que celle de l’égalitarisme “com-muniste” car elle est plus extrémiste encore, et plus pragmatique. Le libéralisme américain et son rêve de fin de l’histoire dans le même “way of life” commercial planétaire constitue la principale menace.
Ainsi désignons-nous clairement notre ennemi. Nous avons coutume de désigner par “société marchande” la société réalisée par l’idéologie libérale ‹on peut noter que le marxisme et le socialisme n’ont jamais réussi, eux, à réaliser leur projet égalitaire, la “société communiste”, et apparaissent à ce titre moins révolutionnaires que le libéralisme, moins “réels”.
Cette “société marchande” nous apparaît-elle donc comme l’objet actuel et concret de critique et de destruction.
Notre société est “marchande”, mais pas spécialement mercantile. La République de Venise ou les Cités Hanséatiques vivaient d’un système économique mercantile mais ne constituaient pas des “sociétés mar-chandes”. Donc le terme “marchand” ne désigne pas des structures socio-économiques mais une mentalité collective, un état des valeurs qui caractérise non seulement l’économie mais toutes les institutions.
Les valeurs du marchand, indispensables à son seul niveau, déterminent le comportement de toutes les sphères sociales et étatiques, et même la fonction purement productive de l’économie.
On juge ‹et l’Etat au premier chef‹ d’un point de vue marchand de tout. Cela ne veut pas dire que domination marchande signifie “domination par l’argent”; nous ne portons pas condamnation morale de l’argent et du profit d’un entrepreneur. Il faut admettre le comportement mercantile ou profiteur s’il accepte de se subordonner à d’autres valeurs. Il ne faut donc pas voir dans notre position une “haine de l’économie” ou un nouveau réductionnisme opposé au gain et à la fonction marchande en tant que tels. Nous ne sommes pas des moralisateurs chrétiens. Société marchande signifie donc société où les valeurs ne sont que marchandes. On peut les classer en trois figures” majeures: la mentalité déterministe, l’esprit de calcul, et la dictature du bien-être économique individuel.
La mentalité déterministe, utile pour la seule activité marchande, vise à éliminer les risques et à minimiser les aléas. Mais, adoptée par l’ensemble d’une société et en particulier par les décideurs politiques et économiques, la mentalité déterministe devient un alibi intellectuel pour ne pas agir et risquer. Seul le marchand peut à bon droit, pour maximiser ses gains, subordonner ses actes à des déterminismes: lois du marché, conjonctures, courbes de prix, etcŠ
Mais le pouvoir politique, pas plus que l’économie nationale ne devraient, comme un marchand, se soumettre et se “laisser agir” par une rationalité excessive qui dispense de tout “jeu du risque”. La société marchande se “gère” à court terme, sous l’hégémonie des “prévisions économiques” pseudo-scientifiques (l’industrialisation “inéluctable” du Tiers Monde, la mondialisation de la concurrence internationale, le taux de croissance des revenus et du P.N.B., etcŠ), mais paradoxalement ne tient pas compte des plus élémentaires des évolutions politiques à moyen terme: par exemple l’oligopole des détenteurs du pétrole.
Rien donc de moins “indépendantes” que les nations marchandes. Les gestionnaires libéraux vont “dans le sens” de ce qu’ils croient mécani-quement déterminé (car rationnellement formulé) en faisant l’économie de l’ima-gination et de la volonté.
Au siècle de la prospective, de la prévision statistique et informatique, on se laisse aller à court terme et l’on prévoit moins que les souverains des siècles passés. Tout se passe comme si les évolutions sociales, démographiques, géopolitiques n’existaient pas et n’allaient pas avoir d’effets majeurs. Toutes choses égales par ailleurs ‹selon la formule stupide des économistes libéraux‹ seules sont prises en compte par les décideurs, les contraintes ou pseu-do-prévisions économiques à court terme.
La société marchande est donc aveugle. Soumise aux évolutions et aux volontés extérieures, parce qu’elle croit au déterminisme historique, elle rend les peuples européens objets de l’histoire.
Deuxième trait de la mentalité marchande: l’esprit de calcul. Adapté au marchand, cet esprit ne convient pas aux comportements collectifs. Hégémo-nie du quantifiable sur le qualifiable, c’est-à-dire sur les valeurs, prépondérance du mécanique sur l’organique, l’esprit de calcul applique à tout la grille unique de la Valeur économique. Nous ne pensons pas que l'”argent” soit devenu la norme générale: mais plutôt que tout ce qui ne peut pas se mesurer ne “compte plus”.
On prétend tout calculer, même le non-économique: on “programme” les points de retraite, les heures de travail, les temps de loisirs, les salaires, au même titre ‹mais bien avant‹ les enfants à naître. Il existe même un “coût de la vie humaine”, pris en compte pour certains investissements. Mais tout ce qui échappe au calcul des coûts, c’est-à-dire précisément ce qui importe le plus, est négligé. Les aspects in-chiffrables économiquement des faits socio-culturels (comme les coûts sociaux du déracinement résultant de l’immigration) deviennent indéchiffrables et in-signifiants pour les “techno-marchands”.
Même en économie, l’excès de calcul nuit: combien d’investissements utiles à long terme, mais qu’un calcul prévisionnel déclare non-rentables à court terme, sont abandonnés?
L’individu, sécurisé, “calcule” son existence, mais n’envisage plus son héri-tage, sa lignée. Les Etats, obsédés par la gestion à court terme, ne prennent en considération que les aspects “calculables” et chiffrables de leur action. Ces “managers” démagogues n’¦uvrent que là où l’on peut “rendre des comp-tes” et surtout dans l’immédiat, au besoin en falsifiant quelques chiffres.
Une région meurt-elle d’anémie culturelle? Qu’importe si par le tourisme de masse, son taux de croissance est probant. Et, entre adversaires politiques, l’argument politique se réduit à des batailles de pourcentages.
Cette superficialité de la “gestion technocratique” (ersatz marchand de la fonction souveraine) peut même déboucher sur le “marketing politique”, réduction de la politique au “management” commercial. Aujourd’hui, la France ou l’Allemagne, sont plus ou moins assimilées par leurs gouver-nements à des Sociétés anonymes par action. La Maison France avec ses ci-toyens-salariés. Il va de soi, alors, que la politique extérieure et même la politique de Défense, soient dominées par des soucis de débouchés com-merciaux immédiats. Même l’économie n’y trouve pas son compte puisque ce mercantilisme à court terme s’avère aléatoire et ne remplace pas une politique économique. Quand les Chefs d’Etat en visite deviennent des V.R.P., comme de vrais V.R.P., ils tombent sous la dépendance de leurs clients.
La société marchande peut se décrire enfin comme une “dictature du bien-être individuel” selon le terme d’Arnold Gehlen; dictature, parce que l’individu, contraint d’entrer dans le système providentialiste de l’Etat, voit sa personnalité se désintégrer dans l’environnement consumériste. Pa-ra-doxa-lement, l’Etat-providence libérale essoufle l’initiative productive (charges sociales excessives) et décourage indirectement l’initiative individuelle. Assurés sociaux, salariés, chômeurs rémunérés: ils n’ont plus la maîtrise de leur destin. Immense mépris de son peuple par l’Etat-providence, le “mons-tre froid” de Nietzsche. Tyrannie douce.
Comment s’étonner alors que l’on méprise un Souverain transformé en dispensateur d’aménités? Le Politologue Julien Freund parle à juste titre du dépérissement politique de l’Etat.
Le libéralisme opère un double réductionnisme: d’une part l’Etat et la société ne sont censés répondre qu’aux besoins économiques des peuples; et ces besoins sont eux-mêmes réduits au “niveau de vie” individuel. Le libé-ralisme marchand s’interdit, en partie par intérêt, de juger si ces besoins sont souhaitables ou pas: seul comptent les moyens techniques à mettre en ¦uvre pour y répondre.
D’où la prééminence politique du niveau de vie et par nécessité égalitaire: rêve bourgeois ‹et américain‹ de peuples nivelés et égalisés par le même niveau de vie.
Les peuples et les hommes étant tous semblables pour un libéral, la seule inégalité subsistante est celle du pouvoir d’achat: pour obtenir l’égalité, il suffit donc de diffuser de par le monde le mode de vie marchand. Ainsi, voilà réconciliés miraculeusement (la main invisible d’Adam Smith) l’humanisme universaliste et les “affaires”, la justice et les intérêts, comme l’avouait naïvement Jimmy Carter; “Bible and Business”.
Les particularismes culturels, ethniques, linguistiques, les “personnalités”, sont des obstacles pour la société marchande. Ce qui explique que l’idéologie moralisatrice des libéralismes politiques pousse à l’universalisme, au mi-xage des peuples et des cultures, ou aux diverses formes de centralisme.
La société marchande et le modèle américain menacent toutes les cultures de la terre. En Europe ou au Japon, la culture a été réduite à un “mode de vie” (way of life) qui est l’exact inverse d’un style de vie.
L’homme est ainsi chosifié, c’est-à-dire réduit aux choses économiques qu’il achète, produit, ou reçoit, selon le même processus (mais plus intensément encore) que dans les systèmes communistes. Sa personnalité se résorbe dans les biens économiques qui seuls structurent son individualité. On change de personnage quand on change de mode. Nous ne sommes plus caractérisés par nos origines (réduites au “folklore”) ni par nos ¦uvres, mais par nos consommations, notre “standing”. Dans le système marchand, les modèles civiques dominants sont le consommateur, l’assuré, l’assisté; et non pas le producteur, l’investisseur, l’entrepreneur. Ne parlons même pas des types non-économiques: le juriste, le médecin, le soldat sont devenus des types sociaux secondaires.
La société marchande diffuse un type de valeurs quotidiennes nuisibles à terme au travail en tant que tel: vendre et consommer le capital semble plus important que de le constituer. Et rien de plus égalisateur que la fonction de consommation. Les producteurs, les entrepreneurs, se différencient par leurs actes; ils mettent en jeu des capacités inégales. Mais consommer, c’est le non-acte auquel tout le monde, quelles que soient ses capacités, son origine, peut accéder. Une économie de consommation s’engage dans une voie inhumaine dans la mesure où l’homme est éthologiquement un être d’action et de construction. Ainsi, paradoxalement la haute productivité des industries européennes subsiste-t-elle malgré la société libérale marchande et non à cause d’elle. Pour combien de temps? Il faut préciser que notre critique de la société marchande n’est pas un refus, bien au contraire de l’indus-trialisation ou de la technologie. La notion de communauté organique, que nous opposons à la société marchande, n’a rien à voir avec la “société conviviale” des néo-rousseauistes (Illich, etcŠ).
La technique est pour nous un acquis culturel européen, mais doit être considérée comme un outil collectif de puissance et de domination du milieu et non plus comme une drogue au service du bien-être. Donc nous ne partageons pas les critiques gauchistes à résonnance biblique, sur la “malédiction de l’argent” et sur la “volonté de puissance” de la société contemporaine. La société marchande n’affirme aucune volonté, ni au niveau d’un destin global, ni mêmeŠ d’une stratégie économique.
La conséquence de cette civilisation de l’économie sont graves pour le destin de notre espèce, et subsidiairement, pour notre avenir politique et économique. Konrad Lorenz voit dans l'”unité des facteurs de sélection”, tous de nature économique, une menace d’appauvrissement humain. “Une contre-sélec-tion est à l’¦uvre, révèle Lorenz dans Nouvelle Ecole, qui réduit les diver-sités de l’humanité et lui impose de penser exclusivement en terme de ren-tabilité économique à court terme. Les idéologies économistes, qui sont tech-nomorphiques, font de l’homme une machine manipulable. Les hom-mes, unités économiques, sont de plus en plus égaux, comme des ma-chines pré-cisément”.
Pour Lorenz, la subordination des valeurs non économiques est une catastrophe, non pas seulement culturelle mais biologique. Le consumérisme cons-titue une menace physiologique pour les peuples. Lorenz, en médecin, par-le de pathologie collective. Nous mourrons d’artériosclérose. La civilisation du bien-être économique nous pousse lentement, pour Lorenz, vers la mort tiède. Il écrit: “Hypersensibles au déplaisir, nos capacités de jouissance s’émoussent”.
La néophilie, ce goût toujours insatisfait de nouvelles consommations, a, pour les anthropologues, des effets biologiques néfastes et mal connus. Mais qu’est-ce que la survie de l’espèce à côté de la hausse du prix des croissants au beurre? Bref, si personne n’envisage ces problèmes, nous, si.
Mort tiède, mais aussi déclin démographique. La dictature de l’économie a fait de nous Européens des peuples court-vivants selon l’analyse de Raymond Ruyer. Affairés à nos préoccupations économiques immédiates, nous sommes devenus objets et victimes de l’histoire biologique.
Nos économistes ne sont sensibles au déclin démographique que parce qu’il compromettra le financement de la retraite. “Notre civilisation économiste, écrit Raymond Ruyer, est par essence anti-nataliste et suicidaire parce qu’elle est, par essence, anti-vitale, anti-instinctive”.
Mais la consommation de masse a aussi rendu la culture “primitive”. Les marchands de biens de consommation détiennent un pouvoir culturel, qui s’exerce dans le sens d’un déracinement, et d’une massification égalitaire. Ce ne sont pas les consommateurs qui choisissent leur style de vie ‹mythe démocratique cher aux libéraux‹ mais ce sont des firmes marchandes qui créent des comportements de masse en détruisant les traditions spécifiques des peuples. Par le “marketing”, bien pire que les propagandes politiques, on impose quasi-scientifiquement un nouveau comportement, en jouant sur le mimétisme des masses déculturées. Une sous-culture mondiale est en train de naître, projection du modèle américain. On oritentalise ou on américanise à volonté. Depuis la fin de la première guerre mondiale, du “new-look” à la mode “disco”, c’est un processus cohérent de conditionnement sous-culturel qui est à l’¦uvre. Le trait commun: le mimétisme des comportements lancés par les marchands américains. De la sorte, l’économie est devenue un des fondements qualitatifs de la nouvelle culture, outrepassant largement sa fonction de satisfaction des besoins matériels.
Même sur le plan strictement économique, qui n’est pas, de notre point de vue, capital, l’échec du système marchand depuis quelques années est patent. Ne parlons même pas du chômage et de l’inflation, ce serait trop facile. Jean Fourastié note “l’indigence des sciences économiques actuelles, libérale ou marxiste”, et les accuse d’usurpation scientifique. “Nous assistons, dit-il, surtout depuis 1973, à la carence des économistes et à l’immense naufrage de leur science”. Il ajoute: “les économistes libéraux ou socialistes ont toujours pensé que le rationnel seul permettait de connaître le réel. Leurs modèles mathéma-tiques sont bâtis sur l’ignorance ou le mépris des réalités élé-mentaires.”
“Or, dans toute science, l’élémentaire est le plus difficile. Il en vient à être mé-prisé parce qu’il ne se prête pas aux exercices classiques sur quoi les économistes universitaires se décernent leurs diplômes”. Fourastié conclut: “No-tre peuple, nos économistes, nos dirigeants vivent sur les idées du XIXième siècle. Les impasses de la rationalité commencent à devenir vi-sibles. L’homme vit à la fin des illusions de l’intelligence”.
Un récent Prix Nobel d’économie, Herbert Simon, vient de démontrer que dans ses comportements économiques ou autres, l’homme, malgré l’ordinateur ne pouvait pas optimiser ses choix et se comporter rationnel-lement. Ainsi, la “Théorie des Jeux et du Comportement économique” de von Neumann et Morgenstern, une des bases du libéralisme, se révèle fausse. Le choix raisonné et optimal n’existe pas. Herbert Simon a démontré que les choix économiques étaient d’abord hasardeux, risqués, volontaristes.
Ces illusions de l’intelligence ont fait subir aux libéraux de graves échecs; prenons-en quelques-uns au hasard: Le système libéral marchand gaspille l’innovation et utilise mal la création technique. Ceci, comme l’avait vu Wagemann, parce que la comptabilité en terme de profit financier à court terme (et non pas en terme de “surplus” global) freine tout investissement et toute innovation non vendable et non rentable dans de courts délais.
Autre échec, aux conséquences incalculables: l’appel à l’immigration étrangère massive.
Les profits immédiats, strictement financiers, résultant d’une main d’¦uvre exploitable et malléable ont seuls compté en face des “coûts so-ciaux” à long terme de l’immigration, qui n’ont jamais été envisagés par l’Etat et le patronat. La cupidité immédiate des importateurs de main d’¦uvre n’a même pas fait envisager le “manque à gagner” en terme de “non moder-nisation” provoqué par ce choix économique absurde. Le res-ponsable d’une grande firme me déclarait récemment d’un ton méprisant que sa ville était “en-combrée d’immigrés” et que cela le gênait personnel-lement. Mais après quelques minutes de conversation, il m’avouait en toute bonne conscience que dix ans auparavant, il avait (sic) “prospecté” à l’étranger pour (resic) “im-porter” de la main d’¦uvre, qui fût bon marché. Une telle inconscience s’apparente à un nouvel esclavagisme. Il est frappant de constater que mê-me l’idéologie marxiste, malgré son mépris des diversi-tés culturelles et ethniques, n’a pas osé, comme le libéralisme, utiliser pour son profit le dé-ra-cinement massif des populations rurales des pays en voie de déve-lop-pement.
Des gouvernements irresponsables et un patronat ignorant les réalités économiques, et dénuée du moindre sens civique et éthique, ont cautionné une pratique néo-esclavagiste dont les conséquences politiques, culturelles, historiques ‹et même économiques‹ sont incalculables (précisément) pour les pays d’accueil et surtout pour les peuples fournisseurs de main d’¦u-vre.
Plus soucieux des “affaires” et du “bien-être”, les libéraux n’ont pas fait face aux défis les plus élémentaires: crise de l’énergie, crise de l’étalon-dollar, haus-se des coûts européens et concurrence catastrophique des pays de l’Est et de l’Extrême-Orient.
Qui s’en préoccupe? Qui propose une nouvelle stratégie industrielle. Qui envisage la fin de la prospérité déjà amorcée? La réponse aux défis géants de la fin du siècle n’est possible que contre les pratiques libérales. Seule une optique économique fondée sur les choix d’espace économique européen semi-autarcique, de planification d’une nouvelle politique de substi-tution énergétique à moyen terme, et d’un retrait du système moné-taire international, s’adapterait aux réalités actuelles.
Les dogmes libéraux ou “libertariens” du libre échange, de la division inter-na-tionale du travail, et de l’équilibre monétaire s’avèrent non seulement économiquement utopiques (et nous sommes prêts à le démontrer techni-quement) mais incompatibles surtout avec le choix politique d’un destin au-tonome pour l’Europe.
Comme pour les nouveaux philosophes qui se contentaient de réactualiser Rousseau, il faut prendre conscience de l’imposture de l’opération publicitaire des “nouveaux économistes”.
Il ne s’agit ni plus, ni moins que d’un retour aux thèses bien connues d’Adam Smith. Mais les nouveaux économistes français (Jenny, Rosa, Fourcans, Lepage) ne sont rien par eux-mêmes et ne font que vulgariser les thèses américaines. Regardons du côté de leurs maîtres.
Partant d’une critique pertinente, il est vrai , du “Welfare State” (l’Etat providence bureaucratique bien que néo-libéral), l’Ecole de Chicago, monétariste et conservatrice, avec Friedmann, Feldstein, Moore, etcŠ prône un retour à la loi micro-économique du marché, refuse toute contrainte de l’Etat à l’égard des firmes, retrouvant ainsi l’insouciance des libéraux du XIXième siècle à l’égard du chômage et des questions sociales.
Et l’école de Virginie, avec Rothbard, David Friedman, Tullock, etcŠ se veut “anarcho-capitaliste”, partisane de l’éclatement de l’Etat, et de la ré-duction to-tale de la vie sociale et politique à la concurrence et à l’unique re-cherche du profit marchand.
On pourrait critiquer ces thèses, connues et “réchauffées”, du point de vue économique. Mais qu’il suffise de dire, pour nous Européens que, même réalisable et “prospère”, un tel programme signifie notre mort définitive en tant que peuples historiques. Les “friedmaniens” et les “libertariens” nous proposent la soumission au système du marché mondial dominé par des lois profitables à la société américaine mais incompatible avec le choix que nous faisons de demeurer des nations politiques, et des peuples évoluant dans leurs histoires spécifiques.
L’économie organique, elle, ne se veut pas une Théorie. Mais une stratégie, correspondant uniquement au choix, dans l’Europe du XXième siècle, de sociétés où le destin politique et l’identité culturelle passent avant la prospérité de l’économie. Subsidiairement, la fonction économique y est pourtant mieux maîtriséeŠ
Nous réfléchissons, au G.R.E.C.E., sur cette nouvelle vision de l’économie, à partir des travaux d’Othmar Spann et d’Ernst Wagemann en Allemagne, Johan Akerman en Suède, et François Perroux en France.
Wagemann comparait l’économie libérale à un corps sans cerveau, et l’économie marxiste à un cerveau monté sur des échasses. L’économie or-ga-nique, modèle pratique que nous ne prétendons pas exportable, veut s’adapter à la tradition trifonctionnelle organique des Européens.
Selon les travaux de Bertalanffy sur les systèmes, la fonction économique est envisagé comme organisme partiel de l’organisme général de la Communau-té.
Selon les secteurs et les conjonctures, la fonction économique peut être plani–fiée ou agir selon les lois du marché. Adaptable et souple, elle admet le mar-ché et le profit, mais les subordonne à la politique nationale. L’Etat laisse les entreprises, dans le cadre national, agir selon les contraintes du mar-ché, mais peut, si les circonstances l’exigent, imposer par des moyens non-éco-nomiques la politique d’intérêt national.
Les notions irréelles de “macro et micro-économie” cèdent la place à la réali-té de “l’économie nationale”; de même les notions de secteur public et privé perdent leur sens, puisque tout est à la fois “privé” au niveau de la ges-tion, et “public” au sens de l’orientation politique.
Les biens collectifs durables sont préférés à la production de biens individuels obsolescents et énergétiquement coûteux. Les mécanismes et manipulations économiques sont considérés comme peu efficaces pour réguler l’éco-nomie par rapport à la recherche psychologique du consensus des produc-teurs.
La notion comptable de surplus et de coût social remplace les concepts critiquables de “rentabilité” et de “profit”. Par son choix de centres économiques au-toritairement décentralisés, et d’un espace économique européen de gran-de échelle et semi-autarcique (cas des USA de 1900 à 1975Š) l’économie orga-nique peut envisager une puissance d’investissement et d’innovation tech-ni-que supérieure à ce qu’autorise le système libéral, freiné par les fluctua-tions monétaires et la concurrence internationale totale, (dogme réduction-nis-te du libre-échangisme selon lequel la concurrence extérieure serait tou-jours stimulante).
En dernière instance, l’économie organique préfère l’entrepreneur au finan-cier, le travailleur à l’assisté, le politique au bureaucrate, les marchés publics et les investissements collectifs, au difficile marché des consommateurs in-dividuels.
Plus que les manipulations monétaires, l’énergie du travail national d’un peuple spécifique nous semble seul capable d’assurer à long terme le dynamisme économique.
L’économie organique n’est pas elle-même le but de son propre succès.
Mais elle se veut un des moyens d’assurer aux peuples européens le destin, parmi d’autres possibles, de peuples long-vivants.
Pour conclure, il faudrait citer la conclusion que l’économiste Sombart a donné à son traité sur Le Bourgeois, mais nous n’entretiendrons que le passage le plus prophétique: “Dans un système fondé sur l’organisation bureau-cratique, où l’esprit d’entreprise aura disparu, le géant devenu aveugle se-ra condamné à traîner le char de la civilisation démocratique. Peut-être as-sisterons-nous alors au crépuscule des dieux et l’Or sera-t-il re-jeté dans les eaux du Rhin”.
François Perroux aussi a écrit qu’il souhaitait la fin du culte de Mammon qui “brille aujourd’hui d’un prodigieux éclat”.
Nous avons choisi de contribuer à la fin de ce culte, d’assurer la relève du der–nier homme”, celui de la civilisation de l’économie, dont le Zarathous-tra de Nietzsche disait:
“Amour, création, désir, étoile? Qu’est-cela? Ainsi demande le dernier homme et il cligne de l’¦il. La terre sera devenue plus exiguë et sur elle sautillera le dernier homme, lui qui amenuise tout. Nous avons inventé le Bonheur, disent les derniers hommes. Et ils clignent de l’il”.